Champagne

Garbo Ninotchka

Greta Garbo et Melvyn Douglas dans Ninotchka de Lubitsch. 1923 – Wikipedia – Domaine public.

« C’est mon premier verre de champagne ;
Ça me picote le nez,
Une douce ambiance me gagne
Et je suis toute émoustillée.
C’est mon premier verre de champagne
Et je découvre enfin la vie,
Un jeune homm’blond me dit des choses
Qui tournent en rond dans mon esprit. »
Charles Aznavour, Premier verre de champagne.
Dès le XIXe siècle, le champagne devient le vin préféré des femmes : grandes dames ou grisettes, mondaines ou demi-mondaines, actrices ou filles de petite vertu. Les plus célèbres d’entre elles l’ont élu boisson de leurs fêtes : Cléo de Mérode, Sarah Bernhardt, Marlène Dietrich ou Marilyn Monroe…
Il est la légèreté de l’esprit français à l’état liquide. Qu’on se rappelle Greta Garbo dans Ninotchka de Ernst Lubitsch : la jeune et austère Soviétique découvre à Paris les plaisirs de la fête, succombe aux charmes de la capitale et à l’effervescence du champagne. La Garbo, au sommet de sa beauté, donne alors raison, à deux siècles de distance, à la marquise de Pompadour pour qui « Le champagne est le seul vin que la femme peut boire sans s’enlaidir ».
Car le champagne, s’il est bu par tous, reste éminemment, superlativement féminin. Il offre toutes les qualités de la femme fantasmée : léger, mousseux, frais et élégant, avec une belle robe et du corps. Et la femme, si elle veut être à la hauteur, doit se montrer effervescente, gaie, jeune, pétillante. Gare aux lourdeurs, gare à la morosité !
Le champagne entre dans le jeu de la séduction, comme un stimulant ou un exhausteur de désirs. Il attise les passions fugaces, il émoustille… et puis ? « Les liaisons commencent dans le champagne et finissent dans la camomille. », Valery Larbaud.


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

%d blogueurs aiment cette page :