Echec

Echec et matLa partie avait pourtant bien débuté ; nous avions avancé nos pions patiemment (6 juin 2000 : loi sur la parité en politique, 27 janvier 2011 : loi relative à la représentation équilibrée des femmes et des hommes au sein des conseils d’administration des sociétés françaises), perdu quelques combats, déjoué les contre-attaques des pièces maîtresses (« Elle ne voudra pas prendre ce poste d’administratrice, ce n’est pas la peine de lui poser la question »)… et pourtant, nous nous retrouvions désormais dans l’impasse : faire échec au roi en condamnant notre reine.
Cette physionomie de jeu singulière fait écho à l’évolution de la place des femmes dans la société et dans nos entreprises. Elle ne s’envisage que dans l’affrontement des hommes et des femmes, que dans la recherche d’un perdant et d’un gagnant, que dans la mise « échec et mat » d’un adversaire clairement identifié : le mâle dominant, source de tous nos tourments.
Mais la partie est en train de tourner court. La place des femme a plus évolué dans les 30 dernières années qu’au cours des trois siècles précédents et les hommes perdent leurs repères. Même les plus progressistes d’entre eux tendent à se désolidariser : il ne faudrait tout de même pas que les femmes s’emparent de l’ensemble des pouvoirs et les exercent de manière totalitaire.
Le moment est donc venu de changer de paradigme, de passer de la logique de l’affrontement à celle de la co-construction. Alors, seulement, pourrons-nous entamer un dialogue constructif, basé sur une coexistence dynamique et un respect mutuel.

Illustration : Wikipedia – Licence creative Commons Attribution-Share Alike 2.0 Generic

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

%d blogueurs aiment cette page :