École

Ecole maternellePour nous, ne pas aller à l’école, c’est amputer son avenir, c’est au fond comme si on se tirait une balle dans le pied. Mais c’est une balle dans la tête qu’a reçue l’adolescente pakistanaise Malala Yousafrai pour avoir communiqué sa passion pour l’éducation et défié l’oppression des talibans qui empêchaient les filles d’aller à l’école dans sa vallée.
Et si, comme elle, nous contribuions à ériger l’éducation des filles comme une priorité absolue ? « Prenons nos cahiers et nos crayons. Ce sont nos armes les plus puissantes. » La dépendance des femmes vis-à-vis des hommes est institutionnalisée par un ensemble de mécanismes sociaux qui la fait paraître naturelle.
Contrairement à ce que croient de nombreux parents, les filles sont prêtes à se battre pour fréquenter l’école. Une fois scolarisées, elles travaillent dur et réussissent souvent mieux que les garçons. Mais de nombreux parents reconnaissent qu’il est bien difficile pour les filles de braver des normes sociales : dans certaines sociétés, les filles plus instruites n’arrivent pas à trouver de mari ni d’emploi, elles sont parfois même la honte de leur famille. Certaines d’entre elles n’ont pas d’autre choix que d’émigrer vers les grandes villes, souvent pour y mener une existence misérable comme domestiques.
La scolarisation des filles est désormais considérée comme une nécessité morale dans le cadre des droits de l’homme et de l’égalité. Pas seulement pour former de futures travailleuses et mères, mais pour sa valeur intrinsèque pour le statut et pour la dignité des femmes.

Illustration : Wikipedia – Licence creative Commons Attribution-Share Alike 2.0 Generic

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

%d blogueurs aiment cette page :