Geneviève de Galard

Celle qui fut surnommée l’« ange de Diên Biên Phu » par les médias américains en 1954 est une figure de l’héroïsme au féminin. Infirmière, intégrée au corps des convoyeuses de l’air, elle participe aux évacuations sanitaires par avion lors de la guerre d’Indochine et, en particulier, à partir de janvier 1954, à l’occasion de la Bataille de Diên Biên Phu. Le 27 mars 1954, suite à un atterrissage difficile, son avion est détruit : prisonnière avec 15 000 soldats de l’armée française prise dans la nasse de cette sinistre cuvette, elle se porte volontaire pour servir comme infirmière dans l’hôpital de campagne installé là.
Durant deux mois, dans des conditions de vie épouvantables et sous le feu ennemi, elle réconfortera et soignera les blessés de cette bataille perdue depuis longtemps. Le 29 avril 1954, à 29 ans, Geneviève de Galard est faite chevalier de la Légion d’honneur et décorée de la Croix de guerre par le commandant du camp retranché de Diên Biên Phu, le général de Castries (« a suscité l’admiration de tous par son courage tranquille et son dévouement souriant. ») ; le jour suivant, elle est nommée légionnaire de 1ère classe honoraire aux côtés du lieutenant-colonel Bigeard.
Après la chute du camp, elle restera encore trois semaines à soigner les blessés, avant d’être évacuée et accueillie comme une héroïne notamment aux États-Unis où le président Eisenhower lui remet la médaille de la Liberté. « C’est en se dépassant que l’on arrive à grandir… »

%d blogueurs aiment cette page :