King kong théorie

Virginie DespentesUn livre coup de poing, polémique, dérangeant, oui sans doute, mais ô combien essentiel, utile même tant il explore la question de la féminité comme la littérature ne l’avait jamais fait. Sciemment et littéralement. Notamment en abordant le viol comme l’une des manières de devenir femme, de prendre conscience de son statut de femme, statut irréductible auquel il est précisément question de ne pas se laisser réduire.
À tous ceux qui veulent croire que l’égalité est là ou presque, assénée et protégée par les lois de notre République soi-disant éclairée, Virginie Despentes rappelle l’épée de Damoclès que constitue le viol pour chaque fille, chaque femme. Un « Damoclès entre les cuisses » que Despentes veut voir comme la rançon de la liberté, ce qui ne l’empêche pas de critiquer de manière aussi brutale que magistrale la manière dont la société fait avec.
King Kong Théorie c’est aussi la révolte d’une femme qui refuse de se voir donner des leçons par quiconque sur ce qu’est ou doit être une femme. C’est l’un des combats permanents que beaucoup d’entre nous menons, contre des schémas culturels et des diktats sociaux qui ont la vie dure et que perpétuent allègrement, souvent encore à leur insu, les deux sexes.
Par les temps qui courent à vitesse supersonique, où nos sociétés semblent paradoxalement en panne d’avenir, le féminisme et les perspectives qu’il ouvre pour tous semble moins secondaire que jamais. L’époque n’est peut-être plus à la révolution, mais à la réinvention, cela paraît évident.
King Kong Théorie est à mettre dans toutes les mains tant sa lecture bouscule et fait avancer la réflexion de chacun, les femmes comme les hommes. J’en connais plus d’un qui disent qu’il y un avant et après. Pas mal pour 5, 10 euros, non ?

Illustration : Virginie Despentes à l’avant-première du film Bye Bye Blondie – Wikipedia © Georges Biard – Creative Commons Attribuzione-Condividi allo stesso modo 3.0 Unported.


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

%d blogueurs aiment cette page :